L’islamophobie en Europe

L’islamophobie en Europe

L’islamophobie est un terme utilisé pour désigner une hostilité, une crainte ou une haine irrationnelle à l’égard de l’islam, des musulmans et de la culture musulmane, ainsi que les discriminations à l’encontre de ces groupes ou des individus qui les composent.

L’islamophobie en Europe se manifeste aujourd’hui à travers des comportements individuels, mais aussi des politiques et pratiques d’organisations et d’institutions. Elle prend notamment les formes suivantes, qui varient dans le temps et en fonction des pays:

  • des attaques physiques et verbales perpétrées contre des biens, des lieux de culte et des personnes, en particulier celles qui portent des signes religieux visibles, comme le hijab ou le niqab
  • des menaces de violence verbales ou en ligne, des diffamations et des injures.
  • des politiques ou des lois visant indirectement, ou affectant de manière disproportionnée, des musulmans, et limitant indûment leur liberté de culte, comme les interdictions de porter des symboles religieux et culturels considérés comme « ostentatoires », les lois contre les vêtements couvrant le visage et les interdictions de construire des mosquées avec des minarets
  • des discriminations dans l’éducation, le logement ou l’accès à des biens ou services
  • les contrôles aux facies et les exactions policières, y compris certaines des dispositions de la lutte contre le terrorisme
  • des déclarations publiques de certains journalistes et hommes politiques de tout bord stigmatisant les musulmans en tant que groupe et niant leurs contributions positives aux sociétés et pays dans lesquels ils vivent

L’utilisation du terme d’islamophobie est relativement récente et, bien que le phénomène existe, ce terme reste contesté dans la mesure où il n’y a pas de consensus sur la définition exacte de ce qui constitue des actions ou des comportements islamophobes ou anti-musulmans. Certains réseaux et plateformes islamophobes ou anti-musulmans ont tenté de discréditer ce terme en produisant un contre-discours contre l’islamophobie.

Pourquoi l’islamophobie pose-t-elle problème en Europe aujourd’hui?

Ces dernières années, l’islamophobie a été alimentée par les craintes publiques liées à l’immigration et l’insertion des minorités musulmanes au sein des cultures prédominantes en Europe. Ces tensions ont été exacerbées par les conséquences de la crise économique de 2007 et la montée des mouvements nationalistes populistes. Elles ont également été amplifiées par les attentats perpétrés par des extrémistes musulmans.

  • Dans un contexte de diversité croissante en Europe, les minorités musulmanes ont été accusées de ne pas appartenir à la société et de vouloir rester à l’écart. Les politiques gouvernementales ne sont pas parvenues à garantir les mêmes droits pour tous, confrontant ainsi un grand nombre de musulmans au chômage, à la pauvreté et à une participation limitée à la vie civique et politique, autant de facteurs qui aggravent les discriminations.
  • L’Europe traverse sa pire récession économique depuis les années 1930. Les minorités font souvent office de bouc émissaire en temps de crise économique et politique. Certains dépeignent l’islam et les quelques 20 millions de musulmans qui vivent dans l’Union Européenne comme des menaces inhérentes pour le mode de vie européen, et ce même dans des pays où ils vivent depuis plusieurs générations. Le mythe d’une “islamisation” ou d’une invasion continue de l’Europe est entretenu par des partis populistes xénophobes, qui connaissent un essor important à travers l’Europe. En fait, les Européens surestiment la proportion de musulmans au sein de leur population.
  • Les attaques du 11 septembre ont radicalement changé l’opinion publique à l’égard des musulmans. Depuis, les attaques terroristes telles que celles perpétrées par des djihadistes à Londres et Madrid, l’assassinat du réalisateur hollandais Theo van Gogh et le massacre des journalistes de Charlie Hebdo à Paris ont attisé la peur et l’anxiété. Le fait que les extrémistes fassent référence à l’islam pour justifier leurs actes terroristes a conduit de nombreux Européens à considérer l’islam comme une menace, et les musulmans comme des ennemis. Depuis 2001, certains médias européens ont sombré dans les stéréotypes et utilisé les actes des islamistes pour stigmatiser les populations musulmanes. Il est à craindre que ces stéréotypes et généralisations incitent les gouvernements Européens à adopter des mesures contre le terrorisme qui restreignent les libertés de tous et ont un impact négatif sur les communautés musulmanes.

Quelles sont les implications pour la société ouverte?

Selon Thomas Hammarberg, ancien Commissaire aux Droits de l’Homme du Conseil de l’Europe, l’islamophobie est un “symptôme de la désintégration des valeurs humaines,” des valeurs telles que la non-discrimination, la tolérance, la liberté de pensée, la justice, la solidarité et l’égalité. Ces valeurs sont censées être inhérentes aux sociétés européennes, car elles constituent le fondement des principes de l’Union Européenne et du Conseil de l’Europe.

La nature et l’ampleur des actes de discrimination et des incidents islamophobes perpétrés à l’encontre de musulmans européens sont sous-documentés et ne sont pas tous répertoriés en raison d’un manque de données pertinentes. De nombreuses institutions, parmi lesquelles le Bureau pour les Institutions Démocratiques et les Droits de l’Homme de l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE-ODIHR), ainsi que des ONG telles que le Collectif Contre l’Islamophobie en France (CCIF) et Tell MAMA au Royaume-Uni, ont constaté l’intensification de ce phénomène inquiétant ainsi que la gravité croissante des incidents.

La dernière enquête UE-MIDIS a révélé qu’un musulman sur trois interrogé a fait l’objet de discrimination et de préjugés au cours des 12 derniers mois, et que 11 pour cent d’entre eux ont été victimes d’un crime raciste. Les chiffres montrent que l’islamophobie peut toucher particulièrement les femmes: selon le CCIF, environ 80 pour cent des cas de discriminations signalés en France en 2013 concernaient les femmes.

Que fait Open Society pour lutter contre l’islamophobie en Europe?

Open Society œuvre depuis plus d’une décennie pour combattre les discriminations à l’encontre des musulmans en Europe et veiller à ce que les minorités musulmanes jouissent des mêmes droits au sein de leurs sociétés. Par exemple:

  • Nous avons publié des rapports sur les musulmans en France, en Italie et au Royaume-Uni (2002); des rapports sur les musulmans britanniques (2005); des études détaillées sur les réalités de l’intégration vécues par les musulmans dans 11 villes de l’Union Européenne (2009) et plus particulièrement sur les expériences des Somaliens dans sept de ces villes (2014); et des rapports relatant les expériences des femmes portant le voile intégral (niqab) en France et au Royaume-Uni
  • Nous avons apporté notre soutien à des groupes travaillant sur un vaste éventail de problématiques affectant les musulmans à travers diverses approches, parmi lesquelles des campagnes visant à lutter contre les stéréotypes, le suivi des crimes racistes, le renforcement des compétences et des recherches cherchant à dévoiler et surveiller les réseaux « contre-djihadistes ».
  • Nous nous engageons dans des initiatives de plaidoyer aux niveaux local, national et européen, notamment en réclamant la collecte de données sur l’égalité, en plaidant pour une amélioration des politiques d’intégration à la lumière des résultats des recherches d’ Open Society, ou en apportant notre soutien à des ONG telles que le Réseau européen contre le racisme (ENAR).
  • Nous participons à des contentieux stratégiques pour contester des pratiques, politiques publiques et lois discriminatoires.