Skip to main content
Newsroom Press release

L’Open Society aide les personnes les plus touchées par la pandémie de COVID-19

NEW YORK—Les Open Society Foundations va donner plus de 130 millions de dollars pour lutter contre les ravages du COVID-19 dans le monde, en mettant l’accent sur l’aide immédiate aux communautés vulnérables et sur la lutte contre l’atteinte aux libertés politiques des gouvernements.

L’engagement de l’Open Society inclut des réponses rapides et locales, là où beaucoup de ses collaborateurs vivent et travaillent, de Berlin à Londres, en passant par Mexico et Rio de Janeiro, jusqu’Amman et au Cap. La première moitié de la réponse de l’Open Society au COVID-19 sera dirigée vers les États-Unis, qui comptent jusqu’à présent le plus grand nombre de décès confirmés et où l’inégalité systémique aura de profondes conséquences mondiales dans les années à venir. À mesure que le virus se répandra à travers les continents, nous concentrerons également nos efforts vers le Sud global, en particulier dans les pays où les institutions sont à la fois faibles et confrontées aux problèmes de santé publique et au désastre économique.

Notre financement vise les personnes les plus à risque, notamment les travailleurs du secteur informel, les travailleurs à bas revenus et les travailleurs de la ‘gig-economy’, les réfugiés, les migrants et les demandeurs d’asile, les groupes défavorisés tels que les Roms en Europe, les sans-abris, les agents sanitaires et les aides-soignants de première ligne, ainsi que les personnes détenues et incarcérées.

« L’ampleur de cette pandémie a mis à nu les failles et les injustices de notre monde », a déclaré George Soros, fondateur et président de l’Open Society Foundations. « Nous avons manqué l’occasion de créer une économie plus juste après la crise financière de 2008 et de mettre sur pied un filet de sécurité sociale aux travailleurs qui sont au cœur de nos sociétés. Aujourd’hui, nous devons changer de direction et nous poser les bonnes questions : « Quel genre de monde émergera de cette catastrophe, et que pouvons-nous faire pour l’améliorer ? »

« C’est la première étape de notre réponse actuelle afin de faire face aux bouleversements économiques et politiques provoqués par cette maladie », a déclaré Patrick Gaspard, président de l’Open Society Foundations. « Nos efforts de secours d’urgence permettront à nos bénéficiaires d’atteindre immédiatement ceux qui n’ont pas accès aux aides gouvernementales. Néanmoins et non des moindres, nous voulons nous assurer que les détenteurs de pouvoir n’acceptent plus jamais que ceux qui sont la colonne vertébrale de nos économies souffrent dans l’ombre. »

C’est avec une grande préoccupation des graves menaces qui pèsent sur la responsabilité démocratique et les libertés individuelles que l’Open Society financera également les partenaires qui luttent contre les violations des libertés politiques. Cela est primordial à l’heure où certains dirigeants prennent des mesures pour suspendre l’accès à l’information, réduire les égalités sexuelles et les droits de reproduction, étendre la surveillance au-delà des raisons de santé publique et chercher des boucs émissaires, tout en exploitant la pandémie comme prétexte pour s’emparer de pouvoirs illimités.

Les éléments spécifiques de l’enveloppe de financement comprennent :

  • Près de 42 millions de dollars à destination de nos partenaires mondiaux afin de soutenir les travailleurs à faibles revenus, notamment dans le secteur informel, les soignants et les sans-papiers ; de protéger les réfugiés, les migrants et les demandeurs d’asile ; et de permettre l’accès à de nouveaux vaccins et traitements, indépendamment du statut économique ou de la citoyenneté.
  • 37 millions de dollars seront consacrés à des initiatives visant à soutenir les travailleurs et leurs familles à New York, où se trouve le plus grand bureau de l’Open Society, et 12 millions de dollars contribueront à l’aide d’urgence aux travailleurs vulnérables dans de nombreuses autres villes et états américains. 2,5 millions de dollars financeront des efforts communautaires supplémentaires à Baltimore, Porto Rico et Washington, D.C., des communautés dans lesquelles Open Society travaille et avec lesquelles les Fondations entretiennent des liens étroits. 
  • 9 millions de dollars seront consacrés à la lutte actuelle pour mettre fin au recours excessif à l’emprisonnement et à la détention obligatoire dans le monde entier, qui auraient un impact catastrophique sur la santé des prisonniers, notamment sur les plus exposés qui occupent dans des établissements surpeuplés aux États-Unis et à travers l’Afrique, l’Asie, l’Eurasie et l’Amérique latine.
  • 3 millions de dollars pour l’Europe, y compris Londres et Berlin, au service des groupes locaux qui luttent contre la désinformation et servent les personnes les plus vulnérables dans les villes, telles que les personnes âgées. Budapest et Milan ont déjà reçu plus d’un million de dollars chacune.
  • 3,5 millions de dollars pour l’Afrique australe, par l’intermédiaire de l’Open Society Foundation for South Africa et de l’Open Society Initiative for Southern Africa, afin de soutenir les services d’urgence et de soins essentiels ainsi que,de favoriser un programme de santé publique équitable venant de la société civile, des médias, du gouvernement et du secteur privé.

Read more

Subscribe to updates about Open Society’s work around the world